lundi 27 février 2017

Portrait chinois d'une franco-tunisienne

Si j'étais....



Une ville : Mon coeur balance entre Paris, ma ville natale dont je ne me lasserais probablement jamais et ... Barcelone, pour laquelle j'ai eu un coup de coeur. Et je pense que c'est cette dernière qui va se hisser en haut du podium. Que ce soit pour les tapas, la chaleur, le soleil, la langue, ou tout simplement l'art de prendre le temps de vivre, Barcelona te quiero !






Un instrument de musique : Un piano. J'ai toujours plus ou moins voulu en faire sans jamais me lancer, mais c'est corrigé depuis peu ! Je sais jouer "Fur Elise" de Beethoven, et c'est déja pas mal pour un début :)






Une personnalité française : Antoine de Maximy ! J'ai regardé presque l'intégralité des épisodes de "J'irais dormir chez vous" et je ne m'en lasse pas. J'apprécie son coté autodidacte, son ouverture d'esprit, et bien évidemment sa gentillesse qui fait de lui un personnage extrêmement attachant.






Un métier: J'hésite entre deux métiers aux antipodes l'un de l'autre. J'aurais dit neurochirurgienne pour mon attrait sur tout ce qui tourne autour des mystères de notre petite matière grise, mais mon dégout pour le sang me fait pencher pour un métier qui me ressemble plus...écrivain bien sur ! Je me serais très bien vu dans une maison en bord de mer en Bretagne, à m'appitoyer sur un énième syndrome de page blanche. Trèves de clichés, j'ai toujours aimé écrire, j'écrivais d'ailleurs des nouvelles lorsque j'étais au lycée. Mais bon, au final, je ne suis ni scientifique ni littéraire puisque j'ai bifurqué vers des études d'économie! Paradoxe quand tu nous tiens...






Un dessin animé : "Le livre de la jungle", le dessin animé de mon enfance. Je pense que c'est une des seules raisons pour lesquelles je l'aime tant. Et Baloo, évidemment.






Un dessert : Une tarte au citron meringuée. Je ne vais pas m'épancher sur le sujet, je risque de baver sur mon clavier...






Un film : "La vie est belle" de Roberto Benigni. Une histoire poignante qui se déroule durant la 2nd guerre mondiale où un père et son fils de 5 ans se retrouvent déportés en camps de concentration. Guido, le papa, va faire tout son possible pour cacher l'horreur de la situation à son fils en lui faisant croire que tout cela n'est juste qu'un jeu. 7 prix et 10 nominations pour un petit chef d'oeuvre à voir absolument.






Une série : "Black Mirror" évidemment. Une série "sociétale" qui fait une projection des dérives des nouvelles technologies sur notre quotidien. Des épisodes indépendants les uns des autres qui font la force de la série. Une série qui bouscule pas mal d'idées et qui oblige à se remettre en question.