mardi 18 octobre 2016

Vivre avec une double culture : richesse ou fardeau ?



Ma maman est française et mon papa tunisien. Je ne saurais pas vraiment dire si mes origines se voient à première vue mais force est de constater qu'on remarque au premier coup d’œil des origines méditerranéennes sur mon minois. Grandir avec une double culture, ça veut dire quoi concrètement ? Pour ma part j'ai vécu avec mes deux parents jusqu’à mes 8 ans, puis juste avec ma maman, mais mon père à toujours été très présent, j'ai donc toujours été bercée par cette double culture.

Aujourd'hui, avec le recul je dirais que c'est une richesse qui m'a permis d'apprendre, de m'ouvrir au monde, mais également de découvrir dès mon plus jeune âge les dichotomies entre la culture occidentale vs la culture orientale et plus précisément maghrébine. Et mon principal soucis est qu'elles ont parfois été en contradiction, me laissant d'ailleurs souvent pantoise devant les choix que je devais prendre, principalement durant mon adolescence. Avoir une double culture, c'est avant tout avoir le droit de choisir, avoir un champ des possibles beaucoup plus grand qui aura pour vocation de nous aider à nous construire. Et choisir n'est pas forcement renoncer ! On peut tout simplement faire le choix de prendre le meilleur de chaque culture. Le plus compliqué, c'est le rappel constant, souvent implicite d'ailleurs, des personnes extérieures. En France, on te voit comme tunisienne, et en Tunisie tu es la petite française. Et je trouve ça triste, cette vision réductrice, cette façon d'étiqueter des personnes, de les ranger dans des cases, comme ci il était impossible d'être plusieurs choses à la fois....

4 commentaires:

  1. Je me reconnais plutot bien dans ton article sachant que je suis moitié francaise moitié peruvienne et que ce n'a pas toujours été tres simple, mais apres coup c'est un plus ! bisous

    RépondreSupprimer
  2. Il est vrai que c'est pas toujours facile de devoir faire des choix, encore plus quand on se reconnait dans deux cultures distinctes ! et je connais le faire d'avoir les fesses entre deux chaises...

    RépondreSupprimer
  3. Court et efficace belle saby !

    RépondreSupprimer