mardi 14 mars 2017

Revue ciné du premier trimestre 17'

On se retrouve ce mois ci avec la revue cinéma du premier trimestre de l'année :) 




7/10 
Comme vous le savez surement, j'aime particulièrement les films qui traitent de la seconde guerre mondiale en France, il était donc évident que j'aille regarder "Un sac de billes". Issus du best-seller du même nom, que je n'ai d'ailleurs pas lu, je ne pourrais pas faire de parallèle et dire si le scénario a été respecté ou non, mais j'ai apprécié ce film, qui rappelle malheureusement les heures sombres qu'a connu l'Europe. Les deux acteurs principaux jouent merveilleusement bien et font de ce film un des plus touchants de la revue du trimestre. 




2/10
Un navet à mon sens, je ne comprends pas l'ensemble des avis positifs à son sujet. C'est niais à souhait. Sans intérêt aucun.



8/10
Ma découverte de ce trimestre. Comme vous le savez, je ne regarde jamais les bandes annonces, je déteste être spoiler et devoir me faire un avis en 1 minute sur un film, donc je lis le synopsis et en fonction de mon attirance je choisis de le regarder ou non. Et  je dois dire que j'ai vu Split quelque peu par hasard, mais belle surprise, j'ai été bluffée par la prestation de J.Mc 
Avoy, qui joue le rôle d'un schizophrène ayant plus de 23 personnalités. J'ai été épatée par sa capacité à permuter d'une personnalité à une autre avec dextérité, nous faisant totalement oublié qu'il s'agit du même acteur. Cependant je mets un bémol à l'intégration de science fiction dans un film psychologique. 




7/10
Un film magnifique qui mérite clairement ses 3 prix. Malheureusement l'histoire de Zahira, belge d'origine pakistanaise, et victime de mariage forcée par sa famille est loin d'être seulement fictive et fait écho aux cas de certaines jeunes filles encore de nos jours. Un film touchant et très poignant.
Je ne m'attendais d'ailleurs pas du tout à la fin ...




7/10
Ce film est un superbe message d'espoir pour l'ensemble des personnes à mobilité réduite, para ou tétraplégique, l'ayant été le plus souvent après des accidents de la vie. Il nous fait prendre conscience de la chance d'être valide et à quel point tout peut basculer du jour au lendemain. "Patient" est un film qui traite du handicap avec humour, qui nous montre que ce n'est pas parce que tu ne disposes plus de tes jambes que tu es différent de ton voisin. A voir ! 



5,5/10
Encore une fois, j'aimerais qu'on m'explique l'engouement pour ce film. Alors non, c'est loin d'être un navet mais de là à être récompensé par 3 prix et nominé 17 fois, je suis pantoise. On devine dès le départ la fin de l'histoire, pas de rebondissements, juste bon à faire pleurer dans les chaumière à mon sens. 



lundi 27 février 2017

Portrait chinois d'une franco-tunisienne

Si j'étais....



Une ville : Mon coeur balance entre Paris, ma ville natale dont je ne me lasserais probablement jamais et ... Barcelone, pour laquelle j'ai eu un coup de coeur. Et je pense que c'est cette dernière qui va se hisser en haut du podium. Que ce soit pour les tapas, la chaleur, le soleil, la langue, ou tout simplement l'art de prendre le temps de vivre, Barcelona te quiero !






Un instrument de musique : Un piano. J'ai toujours plus ou moins voulu en faire sans jamais me lancer, mais c'est corrigé depuis peu ! Je sais jouer "Fur Elise" de Beethoven, et c'est déja pas mal pour un début :)






Une personnalité française : Antoine de Maximy ! J'ai regardé presque l'intégralité des épisodes de "J'irais dormir chez vous" et je ne m'en lasse pas. J'apprécie son coté autodidacte, son ouverture d'esprit, et bien évidemment sa gentillesse qui fait de lui un personnage extrêmement attachant.






Un métier: J'hésite entre deux métiers aux antipodes l'un de l'autre. J'aurais dit neurochirurgienne pour mon attrait sur tout ce qui tourne autour des mystères de notre petite matière grise, mais mon dégout pour le sang me fait pencher pour un métier qui me ressemble plus...écrivain bien sur ! Je me serais très bien vu dans une maison en bord de mer en Bretagne, à m'appitoyer sur un énième syndrome de page blanche. Trèves de clichés, j'ai toujours aimé écrire, j'écrivais d'ailleurs des nouvelles lorsque j'étais au lycée. Mais bon, au final, je ne suis ni scientifique ni littéraire puisque j'ai bifurqué vers des études d'économie! Paradoxe quand tu nous tiens...






Un dessin animé : "Le livre de la jungle", le dessin animé de mon enfance. Je pense que c'est une des seules raisons pour lesquelles je l'aime tant. Et Baloo, évidemment.






Un dessert : Une tarte au citron meringuée. Je ne vais pas m'épancher sur le sujet, je risque de baver sur mon clavier...






Un film : "La vie est belle" de Roberto Benigni. Une histoire poignante qui se déroule durant la 2nd guerre mondiale où un père et son fils de 5 ans se retrouvent déportés en camps de concentration. Guido, le papa, va faire tout son possible pour cacher l'horreur de la situation à son fils en lui faisant croire que tout cela n'est juste qu'un jeu. 7 prix et 10 nominations pour un petit chef d'oeuvre à voir absolument.






Une série : "Black Mirror" évidemment. Une série "sociétale" qui fait une projection des dérives des nouvelles technologies sur notre quotidien. Des épisodes indépendants les uns des autres qui font la force de la série. Une série qui bouscule pas mal d'idées et qui oblige à se remettre en question.


jeudi 19 janvier 2017

Mon Top 3 : Séries

Je suis assez compliquée niveau séries, j'en commence beaucoup mais abandonne très fréquemment en cours de route, faute d'entrain le plus souvent ... je ne suis pas du tout bon public à ce niveau là. Mais les 3 séries ci dessous, pour le coup, je les ai regardés quasiment d'une traite et les recommande à 100% : 



Synopsis : "Les épisodes sont liés par le thème commun de la mise en œuvre d’une technologie dystopique le « Black Mirror » du titre faisant référence aux écrans omniprésents qui nous renvoient notre reflet. Sous un angle noir  et souvent satirique, la série envisage un futur proche voire immédiat. Elle interroge les conséquences inattendues que pourraient avoir les nouvelles technologies, et comment ces dernières influent sur la nature humaine de ses utilisateurs, et inversement."

Mon avis :  Cette série a été mon coup de coeur de 2016. Elle traite des dérives de la société actuelle en nous dressant un portrait de l'avenir certes pas très réjouissant mais malheureusement plutôt réaliste (à mon sens). Les épisodes sont indépendants les uns des autres, il est donc possible de les regarder dans le désordre, il n'y a aucun liens entre eux et c'est aussi cela que j'ai apprécié. Je pense que c'est le genre de série où soit on adore, soit on déteste. Le seul petit bémol selon moi réside dans l'inégalité des épisodes, certains sont vraiment géniaux (je pense notamment à : "Retour sur image" (S1E3); "La chasse" (S2E2); "White Christmas" (S2E4) ; "Chute libre" (S3E1)) et d'autres beaucoup moins, mais la balance reste excédentaire, il n'y a pas photo! Je conseille à 200% ! 





Synopsis : "3% nous plonge dans une société dystopique divisée en deux : d’un côté les riches (3% de la population) et de l’autre les pauvres. Pour pouvoir accéder à la plus haute strate, les participants n’auront le droit qu’à une seule chance et se départageront autour d’épreuves. Mais seulement 3% d’entre eux arrivera au bout…"

Mon avis : Bon vous l'aurez compris, j'apprécie tout particulièrement  les séries sociétales qui accentuent volontairement les inégalités ou aspects négatifs de notre monde. Dans la série 3% les dichotomies riches/pauvres sont plus que perceptibles : les pauvres vivent dans un gigantesque bidonville, vêtus de charpies tandis que les riches résident dans un lieu qui leur est totalement dédié, impénétrable sans autorisation. Et pour avoir cette autorisation, il faut faire partie des 3% de "pauvres" sélectionnés via une série d'épreuves qui met en avant réflexion, logique et vivacité d'esprit. Mais évidemment, il y a toujours des réfractaires au système qui vont faire semblant de l'accepter... A voir ! 





Synopsis : "A Hawkins, en 1983 dans l'Indiana. Lorsque Will Byers disparaît de son domicile, ses amis se lancent dans une recherche semée d’embûches pour le retrouver. Dans leur quête de réponses, les garçons rencontrent une étrange jeune fille en fuite. Les garçons se lient d'amitié avec la demoiselle tatouée du chiffre "11" sur son poignet et au crâne rasé et découvrent petit à petit les détails sur son inquiétante situation. Elle est peut-être la clé de tous les mystères qui se cachent dans cette petite ville en apparence tranquille…"

Mon avis : Cette série est beaucoup plus centrée science fiction/horreur que les précédentes puisque parallèlement à la disparition de Will et la fuite de Onze, des phénomènes paranormaux apparaissent tout au long des épisodes. Dans un même temps, on découvre la présence d'un laboratoire plutôt étrange... je m'arrête là afin de ne pas spoiler. 

vendredi 6 janvier 2017

Sois toi et tais-toi

2017 est déjà là et je tenais dans un premier temps à souhaiter à l'ensemble des personnes qui passeront sur le blog une merveilleuse année. 




Le sujet que j'avais envie d'aborder aujourd'hui est assez vaste puisqu'il a pour thème notre société actuelle et tout ce qui gravite autour. Personnellement quand je me pose et que je regarde autour de moi, j'ai plus l'impression de vivre dans une prison dorée que dans un monde que l'on qualifie de "libre". Nous sommes pieds et mains liés par une société qui y impose ses propres dictas et où nous sommes tel des pions dans un échiquier. Faire de belles études, avoir une bonne position sociale, devenir propriétaire, se marier (avant 30 ans parce qu'après tu es périmée évidemment), avoir deux enfants (parce que un seul c'est être égoiste, et en avoir 3 c'est vouloir profiter des allocs'), un monospace (ou une Audi A5), sans oublier Médor, le brave toutou. Et juste être heureux, c'est possible ou pas ? Pourquoi, ne pas respecter ce schéma est forcement être anormal ? Et j'ai envie de dire, qu'est ce que la normalité si ce n'est l'étroitesse d'esprit et le conditionnement ? On prône de plus en plus la fameuse liberté de penser, mais quid de la liberté d'agir ? Et surtout sans jugement à postériori.  
Aujourd'hui le constat est qu'on réalise les projets qu'on nous a mis en tête depuis toujours, pour faire comme tout le monde, pour faire plaisir à papa-maman,  et parce qu'il parait que le bonheur passe forcement par tout cela. Et je me pose forcement la question, si nous sommes si libres, si le bonheur passe par tout cela, pourquoi sommes nous de plus en  plus consommateur d'anti-dépresseurs et médicaments en tout genre qui permettent d'oublier un temps soit peu la réalité ? Soit parce qu'on arrive pas à atteindre ces objectifs qu'on nous impose (avec une pression constante), soit parce qu'on les a réalisés et qu'on se rend compte que le bonheur, c'est pas cela. 
La vie est courte et on l'a passe à tenter de ressembler à ce qu'on attend de nous. Puis on se réveille à 60 ans, frustré et aigri ne rien avoir réaliser des projets qui nous tenaient vraiment à coeur, parce que c'était trop farfelu, parce qu'on avait peur du regard des autres, et surtout parce que ce n'était pas ce qu'on attendait de nous. 
Triste constat. 
Je conclurais cet article avec un extrait des paroles de Jacques Brel que j'aime beaucoup :

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »


Bonne année 2017. 

vendredi 23 décembre 2016

Avoir un appareil dentaire...à 25 ans



On est quasiment tous passé par la case appareil dentaire (le truc bien dégueulasse avec les bonnes grosses bagues en acier hein ;)) à l'adolescence, sauf les plus chanceux ou les irréductibles Gaulois comme moi ! 


Evidemment au vu de ma dentition, on voit que Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière et que si je n'ai pas eu d'appareil à l'adolescence c'est plus par rébellion qu'autre chose ;).
Quelques années plus tard, les dents de sagesse me sont poussées, et le désastre n'a fait que s'accroître.

Et l'année dernière, le quart de siècle tout juste entamé, je me suis dit : stop. J'ai pris rendez-vous chez l'orthodontiste avec comme objectif de mettre des bagues totalement en céramique. Sauf qu'évidemment, je n'ai pas trouvé d'orthodontiste pratiquant cela. Ils m'ont expliqué qu'il fallait à minima le fil en acier, sinon cela altère de manière significative le bon déroulement du traitement. J'ai donc réfléchi plusieurs mois, puis j'ai sauté le pas avec des bagues classiques en céramiques (voir photo en haut à gauche ci dessous). Le traitement était prévu pour à peu près un an et demi pour un coût de 1100e par semestre (soit 3300eur).

Au bout de 6 mois,je n'en pouvais plus et j'ai décidé de stopper le traitement : je ne les supportais plus, que ce soit au niveau pratique (jaunissement, obligation de se brosser les dents dès qu'on mange quelque chose, etc) qu'au niveau esthétique (parce que oui ça a beau être en céramique et être soi disant plus discret que celles en acier, ça se voit, à moins d'être atteint de cécité...).

L'orthodontiste à été étonnée mais m'a proposé le système Invisalign, que je ne connaissais absolument pas. C'est un système de gouttière qu'on doit porter minimum 22h/24 (personnellement je les garde pour manger et cela ne pose aucun soucis) et qu'on doit changer toutes les 2 semaines. Elles sont conçues dans le laboratoire situé en Californie, le tout en fonction de notre dentition et des avancées attendues. Le coût est de 5160eur (du moins chez mon orthodontiste, dans le 5ème), mais certaines mutuelles remboursent une partie.





La particularité de ce traitement est qu'il ne faut pas que "ce soit un trop gros chantier" pour pouvoir y accéder, donc fort heureusement les 6 mois de bagues m'avaient quand même réalignées quelques dents. Cependant, j'ai quand même du me faire arracher deux dents avant de pouvoir opter pour ce système (qu'on aurait peut être pas arraché si j'avais poursuivi avec les bagues).


Aujourd'hui, le traitement arrive à sa fin, et je suis extrêmement contente du résultat. Si ma dentition me l'avait permise, j'aurais opté pour le système Invisalign dès le départ. Pour le coup c'est quasi invisible, très peu de personnes ont vu que j'avais des gouttières; on peut les retirer deux heures dans la journée et c'est peut être bête mais ne pas avoir un truc vissé sur mes dents, bah je préfère; ça me permet également de voir plus facilement les avancées au fur et à mesure. Sachant que dans le prix, même si au bout du traitement, nous ne sommes toujours pas satisfaite, il est possible de redemander des gouttières pour apporter des corrections gratuitement.


Pour conclure, je conseillerais juste à toutes les personnes qui sont complexées par leur dentition de ne pas hésiter à sauter le pas, quelque soit le système. Et que même si c'est souvent à l'adolescence qu'on à recours à cela, il n'y a pas d'âge pour la perfection ;)

lundi 19 décembre 2016

Revue Ciné' : DECEMBRE 2016

Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas fait de revue ciné, mais ce mois ci a été plutôt riche avec 4 films visionnés ! Voici mon avis sur ces derniers : 



4/10 
Ancienne fan d'Harry Potter, j'attendais pas mal des Animaux Fantastiques et honnêtement : énorme déception. La mayonnaise ne prend absolument pas, j'ai trouvé le film insipide. Je n'ai pas lu le livre, mais J.K Rowling nous a habitué à bien mieux. Je ne comprends toujours pas l'engouement du public pour ce film...


6/10 
Ce n'est certes pas un chef d'oeuvre du 7ème art mais cela se regarde bien. J'aime beaucoup Karin Viard donc je ne sais pas si je suis très objective ;) . Drôle et léger.


7,5/10
Et je me suis retenue pour ne pas affubler "Demain tout commence" d'un 8 ! Après Intouchables et Samba, j'attendais avec impatience le dernier film avec Omar Sy, et je n'ai absolument pas été déçue. Même si selon moi il ne détrône pas Intouchables, Omar joue cette fois ci un rôle plus sérieux (sans néanmoins en perdre son humour) et excelle toujours autant. A voir absolument !


 6/10
Les deuxièmes opus ne sont pas forcement les mieux réussis, et celui ci n'échappe malheureusement pas à la règle. Drôle dans les premiers instants, mais cela s'essouffle rapidement. Trop de clichés, trop de "lourdeurs", bref trop de trop. Laurent Lafitte rattrape tout de même le jeu, d'où mon 6/10 ! 

La chirurgie esthétique, ou se faire charcuter pour se plaire.







On m'a souvent demandé mon avis concernant la chirurgie esthétique, comme ci nous devions forcement être "pour" ou "contre", avoir une opinion bien rangée sur un sujet qui parait probablement simpliste en apparence mais qui, à mon sens est loin de l'être.

Alors, tout naturellement, j'ai un avis sur la question, mais il ne rentre dans aucune catégorie, et encore moins dans du pour/contre. L'apparence physique que nous avons dépend d'une multitude de facteurs dont certains nous incombent (tels que le poids (hors soucis médicaux évidemment), la musculature, le style vestimentaire, etc) et d'autres où notre marge de manoeuvre reste plus que limitée (traits du visage, taille de la poitrine, etc).
La médecine nous permet aujourd'hui, grâce à des techniques de plus en plus avancées, de ressembler à l'idéal que nous avons de la beauté, moyennant une certaine somme d'argent, évidemment, mais ce n'est pas le sujet.
Je ne me suis jamais rien fait refaire, donc mon avis reste objectif sur la question, mais j'ai du mal à comprendre les personnes qui pointent celle qui se sont fait refaire une partie de leur visage/corps. Je pars du principe que le corps/visage appartient à la personne en question, et si son souhait est d'affiner son nez, en quoi doit-on la blâmer ? Pourquoi devrait- elle souffrir des années en essayant de s'accepter avec (sachant que c'est sans doute bien moins  simple qu'il n'y parait) si on lui propose d'avoir ce qu'elle chérie depuis toujours ? Si demain cette même femme rêve de devenir blonde, allez-vous lui conseiller de s'accepter en brune ? Alors oui, les puristes vont crier au scandale en entendant mes propos et clamer que je minimise les actes chirurgicaux, les comparant à une simple teinture. Mais ce n'est pas le cas, une personne qui souffre depuis X années de son nez trop long, il me semble qu'elle connait les risques inhérents à l'opération, et les chirurgiens esthétiques sont de toute façon là pour lui rappeler.
Sachant que cette personne se fera pointer du doigt même une fois son nez refait et réussi, c'est pour cela que je pense que l'argument du "c'est dangereux" est juste de l'hypocrisie pure et dure. C'est juste de la masturbation intellectuelle et rien d'autre. Donner du poids à son avis en s'insurgeant  contre la chirurgie esthétique cache selon moi de l'envie. Nous sommes aujourd'hui dans une société basée de plus en plus sur l'apparence, et la chirurgie à élargit le champ des possibles et surtout celui des faux-semblants.

Le phénomène paradoxal est qu'on observe aujourd'hui une démocratisation de la chirurgie esthétique couplé à un retour au "accepte toi comme tu es". Et les personnes prônant cette doctrine sont malheureusement le plus souvent les plus critiques envers l'apparence des autres. Donc pour conclure, j'aimerais juste savoir quand s'arrêtera cette hypocrisie et qu'on pourra enfin dire "oui je me suis faite refaire les seins, mon corps m'appartient et quel est le problème ?".

PS : je fais tout de même un disclaimer : dans cet article je fais référence aux femmes complexées et non pas aux ados pré-pubères qui veulent le même petit nez qu'Ariana Grande ;)  

vendredi 21 octobre 2016

Mes favoris make-up



Après les articles voyages, ciné', humeurs, place à quelque chose que j'aime également beaucoup : le maquillage ! Je n'aime pas forcement dépenser des mille et des cents dans des produits périssables, j'essaie donc de me centrer sur des produits ayant un bon ratio qualité/prix
J'ai regroupé dans cet article l'ensemble de mes petits produits chouchous make up :



 POUDRE MAKE UP FOR EVER  

Je l'ai découverte il y a plusieurs années, et elle me convient toujours autant. Elle fixe très bien et lisse parfaitement le grain de peau, surtout pour les personnes ayant des pores apparents sur certaines zones du visage. 
Prix : 34e

 
BLUSH L’Oréal Paris
 Un petit blush qui ne paye pas de mine comme ça, mais qui une fois appliqué, rehausse mes petites joues. Bon par contre il faut bien le doser car on peut vite ressembler à une poupée russe :). Le rapport qualité/prix est top en tout cas !
Prix : 6.40e

 

CRAYON NOIR URBAN DECAY Waterline 
Je cherchais désespéramment un crayon noir pour la muqueuse interne mais j'ai souvent été déçue. Trop sec, mauvaise tenue, etc. Mais ce crayon spécial "waterline" (muqueuse quoi !) a fait mon petit bonheur ! Bonne tenue, facile et rapide à appliquer.   
Prix : 20e
 
 
 

EYE LINER Sephora
Pareil que pour LE crayon noir, je suis compliquée avec les eye liners. Avec un feutre ou un pinceau, je n'y arrive pas, j'ai donc besoin d'un eye liner liquide avec une pointe molle. C'est précis oui oui ! Et celui de Sephora est mon chouchou, je l'utilise depuis des années.
Prix : 10.95e



MASCARA BETTER THAN SEX de Too Faced 
Alors oui, tout le monde en parle, il a fait un tabac, et évidemment, j'ai moi aussi voulu tester la bestiole ! Et il ne m'a jamais quitter depuis...! J'ai des cils assez long et en plus de les allonger encore plus, il leur donne du volume que j'ai difficilement pu constater avec d'autres mascaras.
Prix : 23e


Et vous, quels sont vos chouchous ?

 

mardi 18 octobre 2016

Vivre avec une double culture : richesse ou fardeau ?



Ma maman est française et mon papa tunisien. Je ne saurais pas vraiment dire si mes origines se voient à première vue mais force est de constater qu'on remarque au premier coup d’œil des origines méditerranéennes sur mon minois. Grandir avec une double culture, ça veut dire quoi concrètement ? Pour ma part j'ai vécu avec mes deux parents jusqu’à mes 8 ans, puis juste avec ma maman, mais mon père à toujours été très présent, j'ai donc toujours été bercée par cette double culture.

Aujourd'hui, avec le recul je dirais que c'est une richesse qui m'a permis d'apprendre, de m'ouvrir au monde, mais également de découvrir dès mon plus jeune âge les dichotomies entre la culture occidentale vs la culture orientale et plus précisément maghrébine. Et mon principal soucis est qu'elles ont parfois été en contradiction, me laissant d'ailleurs souvent pantoise devant les choix que je devais prendre, principalement durant mon adolescence. Avoir une double culture, c'est avant tout avoir le droit de choisir, avoir un champ des possibles beaucoup plus grand qui aura pour vocation de nous aider à nous construire. Et choisir n'est pas forcement renoncer ! On peut tout simplement faire le choix de prendre le meilleur de chaque culture. Le plus compliqué, c'est le rappel constant, souvent implicite d'ailleurs, des personnes extérieures. En France, on te voit comme tunisienne, et en Tunisie tu es la petite française. Et je trouve ça triste, cette vision réductrice, cette façon d'étiqueter des personnes, de les ranger dans des cases, comme ci il était impossible d'être plusieurs choses à la fois....

mardi 9 août 2016

Wanderlust TAG



1. Quel était ton premier voyage en avion ?

Alors, c'était pour aller en Tunisie, et je devais avoir 4/5 ans!


2. Y-a t-il un endroit que tu revisiterais avec plaisir ? 

Oh oui, plusieurs. Je suis le genre de personnes qui retourne avec plaisir dans des destinations déja faites. Quand j'aime vraiment, ça ne me dérange absolument pas. J'ai fait 5 fois Londres, 5 fois Barcelone et je sais que j'y retournerais. Pour moi c'est important de découvrir de nouvelles destinations mais ça l'est également d'avoir d'en avoir où on se sent comme chez soi :).


3. Tu pars demain et l'argent n'est pas un problème, tu pars ou ? 

L'Amérique du Sud. Un road trip au Brésil, Argentine, Chili et si possible Mexique (oui c'est en Amérique Centrale mais boooon :p). Je suis globalement plus attirée par tout ce qui se passe à l'ouest qu'à l'est. J'ai hésité avec un road trip aux USA à vrai dire. Mais je pense que j'opterais pour la première option :).


4. Quel est ton mode de transport préféré: voiture, avion ou train ? 

Je suis malade en voiture et j'ai peur de l'avion. Ça suffit comme réponse ? Haha. Évidemment le train. Si seulement on pouvait se déplacer à la vitesse d'un avion en train, je serais aux anges. Bon faudrait construire un énorme tunnel sous l'Atlantique mais bon. ^^ 

5. Votre site de voyage préféré ? 

Je n'ai pas de site préféré. Pour le logement Airbnb, et pour le vol, ça dépend, en général je prends direct sur le site de la compagnie (AirFrance,Transavia ou Easyjet le plus souvent). Mais j'ai déjà utilisé Lastminute et Marmara et rien de négatif à en redire.


6. Jusqu’où iriez vous par attrait de la nourriture ? 

Bah alors là , je sèche. C'est paradoxal car j'adore miamer. Mais j'aime autant les tapas, les pizzas, que les sushis, donc pour le coup je ne saurais pas choisir ! Joker.

7. Y-a t-il un endroit où tu ne voudrais jamais retourner ?

Je m'excuse d'avance pour les personnes qui y vivent mais...Marseille. J'y ai passé un week-end l'été dernier et je n'ai pas du tout apprécié. Malheureusement c'était plus à cause de certains marseillais que la ville en elle même.


8. Peux-tu réciter ton numéro de passeport par cœur ?

Arf, non ! 

9. Préfères tu un siège couloir, milieu, ou fenêtre ? 

Milieu. Bah non, fenêtre évidemment, j'aime bien voir ce qui se passe et rêvasser (surtout en train, en avion je passe plus de temps à guetter les expressions faciales des hôtesses pour savoir si un réacteur est en feu ou si "tout va bien ma chérie").

10. Comment passez- vous le temps en avion ? 

Bon j'ai déjà répondue en partie dans la question précédente, mais une fois rassurée, si c'est un vol long courrier, je vais lire, regarder des films, manger, me reposer. Et si c'est un vol court, parler avec la personne qui m'accompagne :).



10 choses sur moi



1.  J'ai le vertige. Mais bien comme il faut. Et j'ai l'impression que ça empire avec l'âge, quelqu'un m'explique pourquoi ? Je suis tétanisée lorsque mes pieds ne sont pas en contact avec le sol.

2.  Je ne sais pas nager. La plupart des gens sont souvent étonné car il est de plus en plus rare de trouver des personnes de ma génération ne sachant pas nager. Et bah si. Mais quand je dis ne pas savoir nager, comprendre : même pas la brasse, même pas la nage du chien. Nada, nothing, wallou. Si mon pied ne touche pas le sol, c'est bye bye Saby. Il parait, d'après mon cher papounet que je savais bien nager quand j'avais 6 ans. Mais un maitre nageur en CE1 (je m'en rappelle comme si c'était hier) m'avait obligé à plonger en me poussant (le saligot). J'ai jamais remis un pied dans une piscine pendant au moins 15 ans. Et depuis je barbote. Et puis entre nous je préfère les jacuzzis. Haha.

3.  Je suis grande. 1m77. Ma mère est d'ailleurs plus grande (1m76) que mon père (1m71), donc je pense que je tiens cela d'elle ! Autant quand j'étais plus jeune ca m'énervait d'être toujours la plus grande, autant avec l'âge ca ne me dérange plus. Puis c'est pratique, quand tu prends 3kg ca se voit moins vu que c'est reparti sur toute la longueur du corps haha. Bon je mets jamais de talons du coup, mais je suis pas sure que j'en aurais mis bien souvent même avec 10 cm de moins !

4.  J'ai un Master 2 en Finance. Et quand je ne le dis pas, ca ne saute pas aux yeux. Vu que j'aime bien rigoler et faire l'idiote, on a plus tendance à penser que je sors de SEGPA plutôt que de longues études. Si si je vous assure. Mais ça m'amuse, et c'est aussi mon côté un peu déjantée.

5.  Je parle fort. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai la voix qui porte mais je suis incapable de chuchoter, encore plus quand je raconte une histoire. C'est très paradoxal car je déteste le bruit. Sauf le mien du coup. Allez comprendre...

6.  J'ai peur de l'avion. Ca rejoint un peu ma peur du vide, le fait d'être dans les airs, loin du sol, les turbulences. Le pire c'est qu'étant ado je n'avais absolument pas peur. C'est Arte qui est responsable de ma peur. Oui oui, Arte. Ils se sont crus malin, dans les années 2000 de diffuser tous les dimanches après midi un reportage sur les crash d'avion. Et évidemment, Bibi les regardait.... Depuis je ne décolle plus sans un petit lexo ou un verre de blanc, lol. Parce que évidemment, comme vous l'aurez compris, j'ai autant peur de l'avion que j'aime voyager.

7.  Quand j'étais petite, je pensais que le monde qu'avait connu ma mère, ma grand mère et les générations passées était en noir et blanc. Je pense que cela est du aux photos, aux anciens films et reportages. Dans mon petit esprit, la couleur n'existait pas à cette époque ! haha.

8.  J'ai longtemps voulu devenir écrivain. De mes 8 ans jusqu’à mes 15/16 ans (jusqu'au moment où j'ai eu un ordinateur disons...), j'étais un vrai petit rat de bibliothèque. Je me souviens y aller chaque mercredi (voir même le samedi) assidument, si bien que les bibliothécaires me saluaient directement par mon prénom (on a la classe ou on l'a pas Germaine!). Je me rappelle qu'on avait droit à 6 romans et 4 revues et j'essayais toujours de marchander pour pouvoir en prendre plus. Mais ça m'est passé arrivée au lycée et j'ai finalement fait une première économique.

9.  Je prends tout le temps un milliard de photos/vidéos. Parce que j'adore les re-regarder quelques semaines/mois après et me replonger dans le souvenir. Parce que j'ai peur d'oublier pleins de choses, de détails. Et aussi parce que j'adore les développer et les ranger soigneusement dans un album.

10.  J'ai un coté solitaire. Qui ne se voit absolument pas au premier abord. J'ai grandi en fille unique, et autant je détestais rester seule petite, autant maintenant j'adore. C'est juste hyper relaxant.

lundi 25 juillet 2016

Revue ciné' : JUILLET 2016

Le mauvais temps de début juillet m'a invité à pousser les portes des salles de ciné, mais j'aurais peut-être pas du ;) ...

8/10
Le fameux film sur l'affaire Kerviel ! Travaillant en finance de marché, le sujet m'a plutôt bien parlé sachant que j'avais lu le livre témoignage de Jérome "L'engrenage, mémoire d'un Trader". Je ne me pencherais pas sur la question de savoir qui est le plus en tort (la Société Générale ou Kerviel) car ce n'est pas le sujet de l'article mais cinématographiquement, pour ma part c'est réussi. Arthur Dupont joue très bien le rôle de l'ambitieux financier prêt à tout pour rejoindre la prestigieuse salle des marchés. Le film est prenant, bien que l'on connaisse le dénouement. J'ai juste été déçue de la fin, j'aurais aimé voir le début de l'engrenage médiatique, sans forcement aller jusqu'au procès.


 6.5/10
J'avais beaucoup aimé "Le monde de Némo", que j'avais d'ailleurs vu peu de temps avant la projection du "Monde de Dory" et heureusement car j'aurais sans nul doute oublier certains passages...Après ce n'est pas le Disney/Pixar de la décennie, et je dois avouer avoir été quelque peu déçue. Alors oui, ça se regarde, c'est mignonnet, mais ça ne m'a pas transportée !



 4/10
Bon, pour ma défense, je n'avais absolument pas prévu de voir ce navet film. J'étais partie pour voir "Avant toi", sauf que je me suis trompé de cinéma, et c'était la seule projection à l'heure où j'y étais. Bon déja c'est un film en coproduction avec "TF1" et moi je sais pas mais quand on me dit ca, je pense direct à Joséphine ou Camping Paradise. Disons qu'on n'en est pas loin.... Quelques scènes qui font sourire mais rien d'une "comédie". Dommage car j'aime beaucoup Ary Abittan. 


 6.5/10
Faut croire que j'étais motivée à le voir! Comme vous le savez je ne regarde jamais (ou très rarement) les bandes annonces, je m'étais donc fiée au synopsis. L'histoire est belle et touchante, les acteurs jouent très bien (mention spéciale pour Emilia Clarke que je n'ai même pas reconnue (Daenerys dans GOT)). On s'identifie rapidement à son personnage, jeune fille guillerette qui devient l'assistante de vie de William, et qui bien évidemment en tombe amoureuse. Bon je ne veux pas spoiler mais j'ai été déçue de la fin, même si au final le choix se défend....


Bon bah ce mois ci, pas de gros coup de coeur, je ne retiendrais que l'Outsider que j'ai beaucoup apprécié !

vendredi 8 juillet 2016

Carnet de voyage : 48 heures dans la capitale Tchèque, Prague


PRAGUE - 2 jours 

Vols : 83eur/personne avec la compagnie Transavia. 1h30 de vol.
Aller le samedi à 6h50 (oui, ca pique...) et retour le lundi matin à 9h15. 
Cela explique surement en grande partie le tarif attractif ! Partir le vendredi soir et rentrer le dimanche soir aurait été sans nul doute bien plus onéreux. Cela dit, à l'avenir je ne prendrais plus d'aller si tôt le matin, à moins de partir pour une semaine et pouvoir dormir à l'arrivée sans trop regretter. Mais là évidemment sur 2 jours, il était impossible de passer l'après midi à roupiller et cela s'est ressenti à nos mines défraichies et au nombre de bâillements/min..... Donc à moins de s'injecter du café en intraveineuse, je ne vois pas trop de solution mise à part d'opter pour un billet un peu plus cher et partir soit la veille, soit plus tard dans la matinée !

Trajet aéroport - centre ville : L'aéroport de Prague est à une bonne trentaine de minutes en voiture du centre ville. Notre appartement était dans le sud de Prague, le trajet s'estimait donc à 53min (on aime la précision chez nous). Nous avons fait l'erreur de prendre les transports en commun pour rejoindre l'appartement et sous 30°, se taper 25min de bus + 20 min de métro + 10 min à pied, ya plus sympa quand on est chargé... Mais évidemment nous avions le benchmark parisien, avec 189624e/min en taxi (toi même tu sais...) alors que pas du tout, le trajet au retour (parce que non, nous n'avons pas fait la même erreur deux fois, quand meme) nous a couté 15e. Rien à voir avec le tarif G7 de Patoche qui te facture 40 balles pour faire Opéra-Pont de l'Alma (bon depuis je suis passé à Uber mais c'est une autre histoire...). 
Bref, tout ca pour dire, si t'es chargé et que t'as quelques couronnes tchèques qui trainent dans ta besace, grimpe dans un taco!

  Logement : Comme d'habitude....Airbnb ! Je vous laisse le lien si ca intéresse quelqu'un :  Clique ici si tu veux voir !  40eur la nuit, donc en tout 90eur (il y avait les frais de ménage) pour les deux nuits, très bonne affaire au vu de l'appartement. Le seul petit bémol est qu'il faut marcher 10 bonnes minutes pour rejoindre le métro (on peut aussi prendre le tram qui lui est à 5 min) mais bon il passe pas toutes les 3 min comme le métro 1 à Paname City quoi, donc faut pas être préssé ! Mais sinon, rien à en redire :) Pour ceux qui me demande, j'ai fait un article sur comment bien choisir son airbnb, si ça peut aider !

Devises : Hahaha. Évidemment, la République Tchèque c'est l'Europe, c'est l'Union Européenne, c'est Schengen, bref c'est tout ce que tu veux, sauf l'euro ! Sauf que dans ma petite tête, les connexions ne se sont pas faites, j'avais ramené mes petits euros, toute contente de moi. Les 22 personnes (oui,22.) qui, à la sortie du terminal faisaient la queue pour "changer leur devise" ont eu raison de mon expression ahurie. Et oui bibi, c'est pas l'euro ici ! (ça rime.)  C'est donc.......la couronne tchèque! Le taux de change a eu raison de moi , 1eur = ~ 24 couronnes tchèques. Comment t'expliquer qu'en échangeant 140 balles, je me suis retrouvée avec presque 3000 balles. Je peux te dire que j'avais la pupille dilatée en voyant les billets de 1000. Bref je suis vite redescendue sur Terre quand je me suis rendu compte que j'allais pas acheter le pays avec puisque le petit café (bon de l'aeroport donc c'est encore une échelle de valeur différente hein) coutait...75 couronnes ! Mais de manière générale, tout est beaucoup moins cher, surtout niveau restauration/alimentaire.



Comme je le disais précédemment, la nourriture est globalement moins chère que chez nous. Au vu des 30°, le goulash (soupe tchèque) dans du pain ne nous tentait pas trop forcement ^^, du coup mes petites papilles ont vite eu envie de gouter à cette étrangeté que je voyais à la main de nombreux tchèques (ou touristes surtout :p ) : le trdelnicky (ne me demandez pas de le prononcer...), pâtisserie traditionnelle tchèque préparée à base de farine, de sucre de canne et de noisettes, juste un DÉLICE ! Le must est de la prendre avec de la crème glacée saveur vanille (bon évidemment, c'est ni diet, ni healthy, ni tout ce que tu veux, mais on s'en fiche, on est pas là pour manger des graines). Il y avait un petit festival dans le parc en face de notre airbnb et nous avons succombé à un mini gateau (aussi bon que beau) et à deux petites limonades. Après je n'ai pas d'adresses coup de coeur à donner, en général je ne regarde que très rarement les bonnes adresses à faire niveau resto', je préfère faire au feeling, sur l'instant sachant qu'il y a déja plus ou moins un programme à suivre niveau visites et things to see, ca devient vite compliqué sur un week-end si je rajoute des "restos à faire" :)








Alors oui 48h, ça fait juste juste pour pouvoir tout découvrir, je vous l'accorde, il a donc fallu faire des choix.  =)


  Le célèbre Pont Charles qui relie le quartier du Vieux Prague à Mala Strana
Nous l'avons vu dans un premier temps via un bateau croisière, ce qui était très agréable au vu du temps, puis nous l'avons bien évidemment traverser à pied. L'ambiance est très sympathique avec des artistes de rues qui jouent de la musique ou se proposent de vous dresser le portrait. Nous n'avons d'ailleurs pas résister à se faire tailler le profil et une caricature pour ma part (on rigole mais on ne se moque pas hein !)


Promenade dans Mala Strana à la recherche du fameux mur de John Lennon qui est un hommage rendu par ses fans sous forme de dessins et graffitis.



 Monter jusqu'au château de Prague et admirer la vue imprenable sur toute la ville. Malheureusement nous n'avons pas eu le temps de le visiter, et j'avoue avoir été déçue de ne pas pouvoir traverser la ruelle d'or qui est "visitable" seulement si on prends le ticket pour visiter le château et le musée....

Visite de Josevof, l'ancien quartier juif qui regroupe un musée, une synagogue et le fameux cimetière avec les tombes entassées les unes sur les autres.

Promenade sur la place de la Vieille ville, située au centre de Prague. En fin d'après midi c'est juste sublime avec la réverbération du soleil sur les bâtisses multicolores.

Je n'ai malheureusement pas eu le temps de passer voir la maison dansante et l'horloge astronomique mais ce n'est que partie remise :).




Les photos sont disponibles ici.